Avec la nouvelle loi sur les jeux d’argent, le Parlement veut imposer au peuple, en verrouillant certains sites, quels sont ceux que les Suisses auront le droit de consulter. Les sites des fournisseurs étrangers indésirables de jeux d’argent en ligne doivent être bloqués afin de protéger les casinos nationaux pour les utilisateurs basés en Suisse. La censure d’Internet et le repli digital ne font pas bon ménage avec une Suisse ouverte et connectée. La loi sur les jeux d’argent nous fait revenir en arrière en matière de digitalisation et restreint notre compétitivité. Les Jeunes Vert’libéraux, les Jeunes Libéraux-Radicaux, les Jeunes Verts et les Jeunes UDC luttent contre cette loi paternaliste et rétrograde et lancent un référendum.

Avec la nouvelle loi sur les jeux d’argent, le Parlement a stipulé que seuls les casinos suisses peuvent proposer des jeux en ligne. Tous les autres sont exclus du marché. Ils sont soumis à ce que l’on appelle des blocages Internet (verrouillage du réseau) et ne sont plus accessibles depuis la Suisse (voir vote référendaire en Catalogne). Pour nous, il ne s’agit pas seulement de bloquer les fournisseurs de casinos en ligne, mais il s’agit plutôt de se poser une question fondamentale pour savoir si nous voulons mettre en péril le libre accès à Internet afin de protéger les fournisseurs locaux.

En tant qu’économie fortement développée et dotée d’un réseau international, la Suisse bénéficie particulièrement d’un accès libre à Internet. Il est économiquement déraisonnable d’exclure les sites web étrangers dans le but de protéger des acteurs du marché intérieur. Les verrouillages internet constituent une grave atteinte à la liberté économique et à la liberté d’information ainsi qu’ à nos droits fondamentaux généraux. Ils restreignent l’accès aux données et aux informations et nuisent à la place économique et scientifique suisse. Elles mettent également en péril la lutte contre la cybercriminalité. En décidant de bloquer le réseau, le Parlement crée un dangereux précédent qui ouvre la porte à de nouvelles restrictions dans la liberté d’internet et sert d’exemple pour tous les efforts qui veulent simplement bloquer la concurrence désagréable sur internet – cette brèche dans le barrage doit être évitée. L’offre en ligne étrangère devrait plutôt être intégrée dans le cadre de la loi sur les jeux d’argent et les sociétés concernées devraient être réglementées et imposées. Nous nous assurons ainsi des revenus pour les cantons, les jeunes, les sports et l’AVS/l’AI (source de revenus complémentaire à l’impôt sur le cannabis).

Le repli numérique et la censure d’Internet n’ont pas leur place dans une Suisse libérale. Les jeunes Vert’libéraux, les Jeunes Libéraux-Radicaux, les Jeunes Verts et les Jeunes UDC s’opposent à cette loi sur les jeux d’argent et organisent un référendum.

 

Plus d’information :

  • Anaïs Grandjean, Co-présidente jvl CH, Co-présidente du Comité contre la censure et le verrouillage d’internet, +41 79 398 93 22
  • Pascal Vuichard, Co-président jvl CH, +41 79 561 41 89

Start typing and press Enter to search

X