Les jeunes vert’libéraux disent « Oui, mais… » à la Prévoyance vieillesse 2020. Le modèle proposé apporte différentes améliorations comme la flexibilité de l’âge de la retraite ou la hausse de cet âge à 65 ans pour les femmes. Mais cette réforme ne garantit pas la réorganisation durable du système des rentes ; d’autres mesures à la sécurisation du système de prévoyance sont impératives.

Nous disons « Oui, mais… » à la Prévoyance vieillesse 2020, parce que nous estimons la capacité de réformer comme un élément central de notre démocratie. Après 20 ans de blocage de ce système, nous pensons aujourd’hui que celle-ci doit s’imposer. La Prévoyance vieillesse 2020 n’est pas, de notre point de vue, un remède universel, mais le prélude de réformes régulières, à l’instar de celles de l’AVS qui étaient courantes – tous les 5 ans jusqu’en 1997.

« Oui, mais… », nous répétons, parce que nous voyons d’autres nécessités d’agir en faveur de la prévoyance vieillesse. Celle-ci se confronte à des problèmes structurels, dont la résolution demande du temps. Afin de gagner ce temps dont nous avons besoin, nous nous prononçons en faveur de la Prévoyance vieillesse 2020. Même si ce modèle ne s’inscrit pas en tout point dans notre vision, en tant que jeune parti pragmatique et orienté solutions, nous sommes conscients qu’un « non » à ce projet n’est pas la solution. La réforme est un compromis classique avec lequel personne n’est complètement satisfait. Comme package global, il nous fait franchir un premier pas en avant et nous procure le temps nécessaire pour d’autres réformes, car plus longtemps nous continuons sans nouvelle réforme, plus nous devrons nous montrer radical dans la suivante. Un « non » nous laisse en l’état de 1997 et nous perdons un temps précieux au détriment des jeunes générations. Nous avons plutôt besoin de ce temps afin de déployer de nouvelles idées innovantes pour la prochaine réforme de la prévoyance vieillesse, qui nous feront progresser.

Pour nous, il est capital de réaliser des idées concrètes et pragmatiques et de ne pas rester dans les paroles. Pour cela, nous proposons la mise en place des idées suivantes :

  • Frein à l’endettement automatique.
  • Pas de retraite obligatoire, c’est-à-dire automatique.
  • Imposition sur le revenu réduite pour les personnes ayant dépassées l’âge de la retraite.
  • Légalisation du cannabis et affectation des recettes fiscales à la prévention (10%), à la recherche (10%) et à l’AVS (80%).
  • Automatisation du calcul de la pension de retraite et dépolitisation du taux de conversion.
  • Ajustement de la régulation des caisses de pension, par exemple, de meilleures conditions cadres pour l’investissement dans des infrastructures d’énergie renouvelable.

 

Pour de plus amples informations :

Anaïs Grandjean, Co-présidente des jvl CH, +41 79 398 93 22, anais.grandjean@vertliberaux.ch

Start typing and press Enter to search

X